Fermetures en série

Les piscines parisiennes en carafe ? Dimanche dernier 23 février en fin de matinée, nous constations pas moins de 9 fermetures simultanées dans les établissements parisiens : à Jean Taris (5è) et Chateau-Landon (10è), un panneau annonçait subitement « mouvement social ». Blomet, à la même heure, indiquait « fermeture pour événement indépendant de notre volonté ». Mais inutile de se rabattre sur les autres piscines, car c’était sans compter les fermetures de Parmentier (9è, « problème technique »), Didot (14è), Aspirant Dunand (14è, mouvement social), Mathis (19è, depuis mi-janvier) et Rouvet (19è, pour « vidange »). Sans oublier la fermeture définitive d’Emile Anthoine (15è). Source : constats de terrain ou vus sur nageurs.com ; les Nageurs Citoyens relèvent et notent tout ceci sur leur main courante, visible ici à droite sous le « blog ». Mais  peut-être d’autres piscines étaient-elles également fermées et n’avions-nous pas tout vu. Dommage pour les parisiens qui veulent nager le week-end.

9 piscines fermées sur 38 ! A l’heure où les candidats et candidats parlent de construire de nouveaux bassins à Paris dans les 6 prochaines années, ne faudrait-il pas commencer par se pencher sur l’entretien et le fonctionnement des piscines existantes ?

Partager les lignes d’eau à Paris

Un peu de lecture…. Les Nageurs citoyens ont relu récemment le rapport de l’Inspection générale de la Ville, daté de 2011, sur les piscines et les nocturnes. Citation en page 48 :
 

« Le constat général est que la Ville a pour tradition d’envisager la répartition entre les deux catégories d’usagers de manière exclusive l’une de l’autre, la doctrine étant que, à quelques exceptions près, « chacun doit être chez soi ». »Or, de l’audition des responsables des piscines autant que du président du comité de Paris de la fédération française de natation, il ressort que cette relation pourrait être envisagée en termes de partenariat et de recherche de complémentarités, de manière plus positive. »

Bref, ne pas opposer les publics, mais chercher des solutions. Nous sommes d’accord ! mieux partager les lignes d’eau, discuter de façon ouverte : tels sont aussi les méthodes que nous préconisons pour que tout le monde puisse nager davantage (par exemple, mieux partager avec les clubs en soirée). La DJS aurait intérêt à ouvrir le jeu.
A quand des états généraux des piscines à Paris ?